La gestion portuaire/aéroportuaire

Les infrastructures portuaires et aéroportuaires permettent de transporter et de stocker de gros volumes de marchandises destinées à l'exportation et à l'importation. Les mesures de facilitation du commerce jouent ici un rôle essentiel, en raison de la forte interaction qui existe entre les autorités responsables et les entreprises. Aux volumes considérables de marchandises, s’ajoute un échange intense de renseignements entre les autorités et les entreprises, ce qui implique une liaison constante entre les différentes parties prenantes de l’activité portuaire/aéroportuaire (les compagnies maritimes, les agents, les terminaux, les dockers, les manutentionnaires au sol, les transitaires, les transporteurs routiers et ferroviaires) pour organiser le chargement, le déchargement et le stockage des marchandises et effectuer les procédures requises par les autorités, notamment portuaires/aéroportuaires, et les douanes.
Le contrôle portuaire/aéroportuaire consiste à surveiller l'arrivée, le séjour et le départ des navires/aéronefs, et à contrôler la sécurité des navires/aéronefs ainsi que leur respect des règles de l'OMI/OACI et autres règlements maritimes/de l’aviation civile (tels que l'élimination des déchets dangereux).

Rôle des systèmes de la technologie de l'information

Les systèmes portuaires intégrés , centralisent souvent la gestion des échanges d'information dans les centres maritimes, ce qui offre un système relativement peu coûteux pour les échanges entre toutes les parties prenantes, les autorités portuaires, et l'arrière-pays. Les systèmes portuaires intégrés font fonction, d'une certaine manière, de guichet unique.
Les aéroports traitent un volume moindre de marchandises que les ports, mais leur valeur est en moyenne plus élevée et elles nécessitent un traitement rapide. Ainsi, des systèmes communs centralisés ont été mis en place, comme par exemple le système aéroportuaire intégré, qui respectent les règles de l'IATA et de l'OACI.